Publié le 08/09/2014


Le traitement contre le paludisme, quel choix ?


Pour ceux qui ne connaîtraient pas bien, le paludisme (ou Malaria) est une maladie infectieuse propagée par les piqûres de certaines espèces de moustiques. Le continent Africain, l’Asie du Sud-Est et l’Amazonie sont les plus touchés par cette maladie.

Palu quels traitementIl n’existe pas de vaccin à l’heure actuelle, seulement un traitement préventif (ou curatif). La meilleure solution de s’en protéger est encore de redoubler de vigilance à l’égard des moustiques.

Symptômes : Cette maladie présente de forts symptômes grippaux (fatigue généralisée, perte d'appétit, vertiges, céphalées, troubles digestifs, vomissements, diarrhée, fièvre, tremblements…) et dans les cas les plus graves peut s’avérer mortelle. Il existe différentes formes de la maladie comme des palu neurologiques qui peuvent être fatals.

Donc pas question pour nous de prendre le moindre risque de chopper un palu qui pourrait nous clouer sur place et mettre en péril le reste du voyage (même si, nous en avons conscience, nous ne ferons que minimiser les risques, pas les éliminer).

 

Carte paludisme

 

Nous avons alors 1 choix à faire parmi 3 possibilités de traitement préventif :

 

1 / Le Doxypalu (Doxycycline)

 

Traitement/prise Effets indérisables Coût

1 comprimé tous les jours, de préférence le soir au milieu du repas et au moins 1h avant de se coucher.

Commencer la veille de l’entrée en zone impaludée puis continuer 4 semaines après avoir quitté la région.

Photosensibilité, éviter les expositions au soleil et se protéger plus que d’habitude

Estomac  et œsophage fragilisés (acidité, brûlures d’estomac)

C’est un antibiotique. Inconvénients classiques tels que des mycoses vaginales, entre autres.

Bon marché.

Le moins cher.

12 € la boite de 28 comprimés

 

 

NOTRE AVIS :

Pour grand nombre de femmes la prise d’antibiotiques est fatale au niveau des mycoses et j’en fais malheureusement partie. Donc impossible pour moi d’envisager le risque de 6 mois de mycoses en Asie. Je pense que c’est du bon sens.

Dans le cas de Bastien, il a déjà dû en prendre et ce médicament lui a littéralement défoncé l’estomac. C’est un antibiotique, un traitement long a donc tendance à modifier la flore intestinale ce qui peut causer des problèmes de reflux gastro-oesophagien.

 

2 / Le Lariam (Méfloquine)

 

Traitement/prise Effets indérisables Coût

1 comprimé par semaine

1ère prise environ 15 jours avant de partir puis 1 comprimé par semaine durant le séjour dans la zone impaludée. Continuer 3 semaines après en être sorti.

Médicament très très controversé…

Certains réagissent très bien à ce médicament. Pour les malheureux qui contractent les effets secondaires, ça peut être très dangereux.

Effets neuropsychiques : dépressions, crises d’angoisse, insomnies, cauchemars, idées noires pouvant aller jusqu’aux tentatives de suicide.

Je vous laisse le soin d’aller flâner sur le net concernant ce médicament… rien de bien rassurant !

Raisonnable

Entre 30 et 40 € la boite de 8 comprimés (pour 2 mois donc)

 
 
 

NOTRE AVIS :

Un médecin spécialiste des maladies tropicales que nous sommes allés voir pour nos vaccins m’a conseillé de le commencer 1 mois avant de partir pour tester son effet sur moi. Elle m’a dit « si vous commencez à vous sentir nulle, vous arrêtez immédiatement »...

Pas très courageuse lorsqu’il s’agit de tester des médocs, je passe mon tour là aussi.

 

3 / La Malarone

 

Traitement/prise   Effets   indérisables       Coût      

Le jour de l’arrivée en zone impaludée. Continuer 1 semaine au sortir de la zone.

1 comprimé par jour.

Maximum 3 mois consécutifs de prise du médicament, recul médical insuffisant pour une durée plus longue.

Brûlures d'estomac, démangeaison cutanée, diarrhée, maux de tête, nausée, perte d'appétit, troubles du sommeil

Très très cher !

Environ 40 € la boite de 12 comprimés…

(environ 100 €/mois donc…)

Mais il existe un générique pour 2 à 3 fois moins cher ! Nous avons trouvé la boite de 12 pour 13,50 €. Il faut arpenter les pharmacies !

 
 
 

NOTRE AVIS :

Des effets indésirables somme toute plus « légers » que pour ses confrères. Mais ce médicament coûte extrêmement cher et est limité à 3 mois de prise en continu. Si vous n’avez pas de pharmacie proche de chez vous pouvant vous délivrer un générique beaucoup moins cher, la prise de Malarone est un crève budget.

 

Vous l’aurez compris, c’est donc vers la Malarone que nous allons nous tourner. Nous allons devoir la prendre environ 4 mois. Notre itinéraire nous permet de ne pas la prendre absolument partout en Asie, et nous allons aussi bien sûr redoubler de vigilance et bien nous protéger des moustiques dans les zones limitrophes où nous ne serons pas sous Malarone.

 

Nous avons interrogé 5 pharmacies proches de chez nous : toutes pouvaient commander le générique à 30 € la boite de 12 (contre 40 € pour le non générique).

 

Petit conseil : nous avons trouvé notre Malarone dans une pharmacie du groupe Lafayette. Les enseignes Lafayette bouleversent les codes traditionnels du secteur de la pharmacie avec leurs concepts low cost. Il n’y en a malheureusement pas encore partout en France, 53 au total. Suivez ce lien pour voir si vous en avez une proche de chez vous :

http://www.lafayetteconseil.com/front_internaute_region.php

Si votre choix se porte sur la Malarone, ça doit valoir le coup de faire le déplacement.

 

Les 3 possibilités que nous venons d’évoquer en terme de traitement préventif s’adressent à des voyageurs se dirigeant vers des pays impaludés en zone 3. D’autres solutions existent si vous allez dans des pays classés zone 1 ou 2, elles sont moins chères mais aussi moins efficace (Paludrine, Savarine), insuffisantes en tout cas pour les pays de la zone 3.

 

Les zones du monde où sévit le paludisme sont classées en 3 groupes :

Groupe 1 en orange : risques faibles

Groupe 2 en rouge : risques élevés

Groupe 3 en marron foncé : risques très élevés

 

Zones impaludées

 

 

Voici quelques conseils glanés sur le site de l’Institut Pasteur notre nouveau meilleur ami.

 

  • Bien se protéger contre les piqûres de moustiques ! 

Il est aussi très important de se protéger contre les piqûres de moustiques, car cela permet de prévenir également d’autres infections ayant le même mode de transmission, en particulier la dengue, très répandue sous les tropiques. Les anophèles (moustiques vecteurs du paludisme) piquent habituellement entre le coucher et le lever du soleil ; les mesures à observer sont les suivantes :

  • Porter le soir des vêtements longs, imprégnés d’insecticide :

les vêtements ainsi que les toiles de tente peuvent être imprégnés par pulvérisation (spray) ou par trempage (I’insecticide utilisé doit alors être la perméthrine). On peut se procurer en pharmacie des flacons vaporisateurs de perméthrine. La pulvérisation se fait sur les parties externes des vêtements.

  • Appliquer un produit répulsif sur les parties découvertes du corps :

L’application du produit doit se faire dès le coucher du soleil sur toutes les parties découvertes du corps, visage compris, ainsi que sur les parties pouvant se trouver découvertes à l’occasion de mouvements.

  • La durée de la protection varie de 2 à 5 heures :

Elle dépend de la concentration du produit et de la température extérieure. Les applications seront renouvelées plus fréquemment en fonction de la transpiration ou des bains et des douche. Ces produits peuvent être toxiques s’ils sont ingérés : éviter tout contact avec les muqueuses buccales ou oculaires. La pulvérisation de répulsif sur les vêtements est possible mais de courte efficacité (2 heures) car le produit est volatil.

 

 

Toutes les informations santé par pays en cliquant ici.Palu quels traitement

 

Le site est mis à jour très régulièrement et vous permet d’être au fait de l’actualité épidémiologique des destinations, les vaccins recommandés, si la zone est impaludée et à quel groupe elle appartient.



 

Retour à l'accueil


Commentaires :
gravatar
Momo

29/06/2017 à 02h44

Sur les effets indésirables de la Malarone, tu as oublié, les hallucinations, les convulsions, La fièvre, la perte d'appétit et de conscience et la gène respiratoire. Ceci est la réaction que j'ai eu en en prenant. Et c'est en effet indiqué sur la notice..:$ A éviter à tout prix où à essayer en amont si vous ne voulez pas ruiner vos vacances. Effets indésirables d'une personne sur mille qu'ils disent..
gravatar

09/07/2017 à 17h00

Salut Momo, aïe pas cool... tu es peut-être en effet la personne sur 1000 qui a eu la grande malchance d'avoir ces effets-là... A tester en amont en effet... Pour notre part, nous en avons pris pendant 3 semaines au Cambodge et nous n'avons subi aucun effet secondaire. Mais il est évident que ce ne sont pas des médicaments anodins.
gravatar

06/06/2017 à 20h11

J'aimerais savoir si pour moi qui suis en Côte d'Ivoire ( L'Afrique de l'ouest ) quel est le comprimé que vous me conseiller pour le paludisme....
gravatar

09/07/2017 à 16h56

Bonjour, j'aurais tendance à vous inviter à demander conseil à votre médecin qui sera très largement plus compétent que nous pour répondre :-)
gravatar
Mimi hbb

20/02/2017 à 23h20

Bonjour nous partons à zanzibar normalement moi et mon mari avec enfant 4 ans et bébé 11 mois début avril est ce raisonnable gerable ?? Pareil certains nous disent pas malarone car nous serons e' hôtel bord mer pas de safari et d'autres nous disent oui faut mieux prendre malarone mais peur des effets secondaires sur bébé. Merci de vos conseils et expériences
gravatar

11/03/2017 à 08h32

Bonjour ! Honnêtement nous ne connaissons pas la destination, donc difficile de vous dire si oui ou non il est raisonnable d'y aller avec un bébé :) Pour ce qui est de la malarone, malheureusement nous ne pourrons pas non plus nous prononcer. Ce genre de questions doivent être traitées avec des docteurs.
gravatar
Ratzo

10/05/2016 à 21h24

Bonjour, ben la prochaine fois donc j'irais à Bagnolet ! De retour d'Afrique, j'avais un peu surdimensionné ma provision d' Atovaquone/Proganil. Il m'en reste une boite neuve si cela interesse un voyageur... Cordialement
gravatar
ary

20/01/2016 à 18h30

j'ai payé 6,69 euros le générique de la malarone adulte à la pharmacie zemiro à bagnolet qui est beaucoup moins cher qu'ailleurs la meilleure adresse des voyageurs sans hésitation!!
gravatar

24/01/2016 à 13h38

Oui c'est un super plan !
gravatar

17/09/2015 à 17h53

Coucou, Bienvenus!! :) Petite question car nous partons bientôt... dans 2 semaines en fait......:) Comment avez vous trouvez le traitement? Je m'étais renseigné auprès de quelques tourmondistes qui me disaient que le traitement antipalu est un ravage pour le corps!! et qu'il y a des méthodes bien plus naturelles pour anticiper. Et puis la médecin que j'ai consulté ma formellement interdit de prendre le traitement en mode "préventif" vu le temps que nous allons passer dans la zone! Au contraire, elle m'a donné quand même l’ordonnance pour le traitement "curatif", donc au cas où.... Cela me parait même logique car, les autochtones ne se gave pas de la malarone tous les jours non plus... :)
gravatar

19/09/2015 à 13h45

Bonjour Justyna, Et bien, en fait, nous étions partis avec une cargaison de Malarone... Il se trouve que sur 1 an, nous n'en avons utilisé que pour 1 mois au Cambodge, et encore, nous aurions pu nous en passer ! C'est à dire qu'en période sèche, il y a peu de moustiques... Si on se protège bien avec de bons anti-moustiques, peut être n'est ce pas nécessaire de s'infliger un traitement qui n'est pas anodin pour le corps. Personnellement, nous avons très bien supporté la Malarone, aucun soucis, mais il est vrai que ça reste un traitement costaud. Pour le coup, notre médecin nous avait dit de le prendre absolument, de ne même pas envisager de partir sans traitement, etc... Et comme tu dis, les locaux n'en prennent évidement pas... C'est à chacun de voir... :)
gravatar
Clotilde

27/09/2015 à 15h35

Bonjour, effectivement les "locaux" ne se gavent pas de malarone. Mais beaucoup tombent très gravement malades en zones impaludées, ça les met complètement à plat pendant des mois, avec des séquelles qui peuvent perdurer des années. Il existe aussi une (très partielle) immunisation au fil de leur vie, qui fait qu'ils ont des crises peut-être un moins fortes que des non-locaux. Mais il ne faut jamais tenter le diable. Pendant 10 années de suite, je suis allée à Madagascar pendant plusieurs semaines. Avec la force de la routine, je prenais mes médicaments au petit bonheur, qui plus est seulement de la nivaquine, ce que prennent les locaux. Je repoussais la malarone et autres traitements car plus jeune j'avais fait une hépatite à un médicament retiré du marché, la flavoquine. Qui plus est, j'étais toujours la dernière piquée dans la famille. L'année où j'ai eu le palu (falciparum, celui qu'il ne faut pas avoir...), j'avais totalisé 6 piqures de moustiques seulement. J'ai été hospitalisé après mon retour, pendant une semaine, j'ai failli crever, je n'avais plus de plaquettes en plus de l'anémie, et j'ai pris un savon monumental par les médecins de l'hôpital, qui n'avaient qu'une peur, celle que je décède dans leurs murs. Depuis, je n'oublie jamais un comprimé de malarone, même si ça me met les intestins en vrac. C'est pas cher payé.
gravatar

30/09/2015 à 11h42

Bonjour Clotilde, Merci de nous faire part de ton témoignage. Effectivement, pas cool ce qui t'est arrivé... C'est exactement le discours que nous tenait notre médecin avant de partir car un de ses patient était décédé d'un neuro-palu quelques mois auparavant. Paradoxalement, nous avons croisé tellement de voyageurs qui ne prenait aucun traitement...et les personnes qui attrapent un palu restent assez rares malgré tout. Au vu de ton expérience, je comprend que tu prennes systématiquement de la Malarone, c'est normal, tu n'as pas envie de revivre l'enfer de la maladie que tu as attrapé (et visiblement tu n'as pas été épargnée...) et ça se comprend. Nous n'en avons pratiquement pas pris (sauf au Cambodge) et tout s'est très bien passé. A chacun de prendre sa décision et d'estimer le "risque".
gravatar

13/05/2016 à 17h07

Clotilde, en effet... pas cool ton expérience. Nous venons de quitter l'Asie de sudeste, et au bout de 3 mois et des tonnes de piqûres que j'ai ramassé toujours pas de paludisme. Ouf... Ceci dit, nous n'avons pas touché à notre réserve de Malarone. Je pense qu'il n'y a pas une bonne solution. A chacun de mesurer les pour et les contre en fonction de sa propre santé.
gravatar
guy

18/06/2015 à 19h38

à la pharmacie zemiro dans le centre commercial bel est à bagnolet, le générique de la malarone pour adulte est vendu à 6,69 euros.
gravatar

19/06/2015 à 01h02

Bonjour Guy, à 6,69 € c'est donné ! C'est la boite de 12 comprimés qui est à ce prix-là ? Très très rentable si c'est le cas !!
gravatar
guy

11/08/2015 à 19h54

il s'agit bien du générique de la Malarone adulte en boite de 12 comprimés qui est à ce prix là à la pharmacie ZEMIRO dans le centre commercial bel est de bagnolet. Dans cette pharmacie, beaucoup de prix sont très intéressants.
gravatar

15/08/2015 à 18h44

Super, merci pour l'info ! Ça pourra sûrement être utile à des voyageurs qui habitent dans ce coin-là ! Les prix sont vraiment très intéressants en tout cas. Ça doit être assez rare de trouver la Malarone à ce prix...
Captcha : Veuillez cocher la case avant de valider !